Lorsqu’une facture est impayée, il est possible (fortement conseillé) d’entamer une procédure de “recouvrement” qui désigne les démarches effectuées par un créancier pour récupérer les sommes qui lui sont dues par son débiteur.

Entretien avec Fabrice Develay, fondateur et CEO de Gcollect, la plateforme qui révolutionne le recouvrement !

Lorsqu’une facture est impayée, il est possible (fortement conseillé) d’entamer une procédure de “recouvrement” qui désigne les démarches effectuées par un créancier pour récupérer les sommes qui lui sont dues par son débiteur. 

Traduction : lorsqu’un client vous la fait à l’envers en ne vous ne payant pas, vous pouvez (devez) réagir et réclamer l’argent dû ! 

Dans les faits, cette procédure se déroule en deux phases : Le recouvrement amiable, puis le recouvrement judiciaire. Gcollect offre une nouvelle voie, celle du recouvrement Modulable.

Le recouvrement ? Quésako ? 🤔

Le recouvrement Amiable 🤝

Il démarre par la lettre de relance ! Le non-paiement d’une facture arrivée à échéance ne relève pas nécessairement de la mauvaise foi, et peut résulter d’un simple oubli. Dans le but de préserver la relation d’affaires, il est préférable d’envoyer une lettre de relance visant à rappeler au débiteur que la créance est arrivée à échéance.

Puis … la mise en demeure. Si la lettre de relance est restée sans réponse, il faut alors envoyer une mise en demeure de payer. Cette dernière doit répondre à des conditions de forme et comporter certaines mentions obligatoires afin d’être valable. La mise en demeure doit notamment être envoyée en recommandé avec accusé de réception. Avec une simple recherche sur internet vous trouverez des modèles pré-rédigés. 

La mise en demeure constitue l’ultime avertissement. Il s’agit d’une étape obligatoire pour pouvoir engager une procédure de recouvrement judiciaire.

Le recouvrement judiciaire ⚖️

En cas d’absence de réponses aux démarches amiables, il n’y a plus d’autre choix que d’engager une procédure judiciaire pour récupérer la créance.

Il existe trois procédures de recouvrement judiciaire :

  • L’injonction de payer : c’est l’une des procédures les plus fréquemment utilisées en raison de son coût moins élevé et sa rapidité. Pour se faire, il suffit d’envoyer une requête au tribunal afin de demander au juge de rendre une ordonnance d’injonction de payer, obligeant le débiteur à s’exécuter. L’injonction de payer est privilégiée pour les créances d’un petit montant et lorsque le débiteur ne peut pas contester la créance.
  • Le référé-provision : c’est une procédure qui permet de récupérer rapidement les sommes réclamées. Si une fois l’ordonnance de référé-provision rendue, le débiteur ne s’exécute toujours pas, le créancier peut saisir les biens du débiteur par le biais d’une saisie d’huissier. Il se fera ensuite payer via la vente des biens.
  • L’assignation en paiement : c’est un procès classique, ce qui par conséquent en fait une procédure plus longue. Il se peut que cette procédure soit entamée à la suite d’une injonction de payer ou à un référé provision, mais elle est généralement utilisée lorsque les deux procédures précédentes ne peuvent s’appliquer.

Le recouvrement modulable, selon Gcollect 👌

Jusqu’a lors il y avait donc 2 options. Gcollect vous en offre une 3ème, et ce, dans le but de préserver la relation commerciale

Et cela fait toute la différence ! Le non-paiement n’est pas toujours lié à la mauvaise foi. Ainsi, ils vous aident à offrir une ultime chance à votre client avant le lancement de la procédure.

“Nous vous permettons de moduler la somme due en mensualités de X , XX ou XXX €. C’est vous qui choisissez le montant puis le débiteur le valide. En somme un plan de recouvrement. Ainsi votre débiteur comprend qu’il doit vous payer car ne l’oublions pas tout travail mérite salaire mais comprend aussi que vous lui tendez la main. Si le débiteur n’accepte pas cette ultime main tendue, se met en place le schéma de recouvrement classique en 2 étapes.” précise Fabrice.

Gcollect disrupte le marché du recouvrement sur le plan économique et technique en définissant de nouveaux standards d'utilisation. Plus simple, moins chère, plus efficace. 📈

On est d’accord, tout ça c’est long, chronophage et vous n’avez pas le temps, vous êtes déjà au four et au moulin dans votre entreprise. Pourtant, le recouvrement de vos créances impayées est une problématique à intégrer pleinement dans la gestion de votre société, en raison de la fragilité économique des entreprises et qui plus est dans une conjoncture difficile .. 🦠

Légalement, en France et en Europe, le délai de paiement ne doit pas excéder 60 jours, mais cette échéance est dépassée dans 30 % des cas selon le ministère de l’Economie. Un retard de paiement pèse sur votre besoin en fond de roulement (BFR) tout en impactant directement votre trésorerie. C’est pourquoi il est important d’adopter la bonne attitude à l’apparition d’un retard de paiement, pour maximiser vos chances de récupérer les sommes dues.

⌛ Pour récupérer cet argent, vous l’avez compris, c’est une course contre la montre : la rapidité d’intervention est la clé.

Pour ce faire, parmi nos clients, plusieurs leviers sont utilisés : 

  • Tout à la main, en interne.
  • Automatisation des messages de relance à leurs clients depuis le logiciel de gestion.
  • Sous-traitance à une agence de recouvrement, un intermédiaire neutre pour une efficacité accrue.

Une agence de recouvrement est une société spécialisée dans le recouvrement de créances en retard ou d’impayés. Son rôle ? Se charger d’obtenir le paiement du ou des débiteurs de son client.

C’est LA solution me diriez-vous ? Et bien oui … mais il y a encore mieux ! En effet, chez Trésoria nous avons l’habitude de traiter ce genre d’aléas entrepreneuriaux. Pour bichonner la trésorerie des TPE/PME françaises il faut surveiller les délais de paiements ! Lorsque qu’un impayé survient, nous conseillons Gcollect. Selon nous, en fonction de votre situation réelle c’est pour vous, entrepreneur, LA meilleure des solutions en matière d’efficience et surtout … de prix !

Le recouvrement de créances nouvelle génération, ayez le comportement adapté.

Rentrons dans le vif du sujet : GCollect c’est la première plateforme sécurisée, indépendante et 100 % digitale dédiée au recouvrement de factures. Nous tenions absolument à vous en parler, mais vous nous connaissez nous ne sommes pas ici pour faire de la pub, mais bien du conseil ! 

Pour cela nous avons cuisiné pour vous Fabrice Develay, le fondateur et actuel CEO de Gcollect pour savoir ce qu’il se cache réellement derrière cette success-story. 

Alors ? la solution  ? ...

Soyons clair : Gcollect c’est une place de marché qui met en relation des clients avec des prestataires en recouvrement. Le client dépose sa facture impayée sur le site. Puis un algorithme, vous donne un “honoraire préconisé”, taux que les sociétés de recouvrement ou les huissiers facturent si votre impayé est encaissé.

Gcollect permet donc à ses clients de mettre en concurrence des prestataires pour trouver le meilleur tarif afin de recouvrer ses factures.

On vous l’avait dit ! c’est génial non ? Allez, on continue.

Grâce à cette “mise en concurrence” le taux de l’honoraire est moins cher que ceux habituellement pratiqués. Les sociétés de recouvrement proposent des taux de minimum 15 % du montant de la facture lorsque Gcollect obtient des taux bas à partir de 8% ou plus en fonction de l’ancienneté de votre impayé, car plus on attend pour encaisser un impayé plus les moyens à mettre en œuvre sont importants. 

En fait, le principe est simple, c’est une place de marché, “Leboncoin du recouvrement” si vous préférez. 

En bref, l’algorithme propose un taux d’honoraire maximal, par exemple 12%, et met la facture aux “enchères”. Les prestataires (agences de recouvrement et huissiers de justice) doivent alors faire baisser ce taux pour remporter le contrat.

Mais pourquoi ces sociétés accepteraient-elles de travailler pour moins cher me direz-vous ?

Et bien tout simplement parce que c’est un chiffre d’affaires supplémentaire que Gcollect leur amène. Ce sont des clients qu’elles n’ont pas. Ajoutons que de leur côté, les huissiers, qui eux-aussi peuvent faire de la relance amiable, sont très demandeurs. Ils connaissent bien le coût d’acquisition d’un nouveau client …

Une actualité rock n’ roll 🤘

À 52 ans et après avoir créé en plein confinement le concept de Smart Recouvrement avec 5 autres fintechs (dont Trésoria), Fabrice Develay renforce le positionnement de Gcollect avec une nouvelle identité de marque, plus digitale, humaine et transparente. Gcollect s’adresse plus spécifiquement aux “oubliés” du recouvrement : les TPE et les PME. 

Les mauvais payeurs vont en voir de toutes les couleurs ! …

« Il était temps de dépoussiérer le recouvrement de créances et de réconcilier les entrepreneurs avec leurs impayés », explique t-il.

Fabrice à tout bonnement inventé le recouvrement nouvelle génération : le recouvrement amiable, pour le plus grand nombre, plus facile d’usage, plus innovant, plus efficace et moins cher.

Intrigués ? Nous aussi ! Alors passons vite à table sans plus attendre.

Questions/Réponses ? 👀

Trésoria : Fabrice, qui es-tu ? Comment en es-tu arrivé là ? Quel est ton parcours personnel ?

Fabrice Develay : J’ai commencé par des études d’agronomie dans un lycée agricole, puis, je me suis ensuite dirigé vers des études de droit à Lyon, pour devenir commissaire de police. Cela n’avait rien à voir avec mon univers familial puisque mon père, philosophe, est un intellectuel de renom dans les sciences de l’éducation et ma maman était professeur d’histoire-géographie ! 

C’est après un stage dans un commissariat que l’envie m’est passée. Il me manquait un aspect créatif, la gestion de personnel ne me suffisait pas, c’est pourquoi j’ai bifurqué vers le métier d’huissier de justice.

Une fois en poste (en 1991), j’ai très vite “dérangé” parce que je mettais en place des process auxquels personne n’avait pensé. En passant par la simplification et l’automatisation j’ai par exemple été le premier à proposer des tarifs uniques (largement utilisé aujourd’hui). C’est grâce à ce premier coup de pied dans la fourmilière que j’ai gagné en notoriété localement puis régionalement. Ça m’a permis, pour les 20 années suivantes, d’acquérir des clients grands comptes mais aussi des clients que personne ne voulait. Par exemple, à l’époque, personne ne s’occupait du recouvrement des boucheries Halal.

J’ai vendu mon étude en 2014 suite au rapport Attali et les pré-lois Macron, qui préfiguraient la fin du monopole des huissiers. Ce métier allait changer. Ce qui a été le cas : la compétence n’est plus celle de l’arrondissement judiciaire mais régionale voire nationale pour les constats.

J’ai toujours eu du mal à me conformer à des règles strictes. Je souhaitais créer et innover, sans trop me préoccuper de ce que pensaient l’Ordre ou mes confrères.

On ne va pas se mentir, recouvrer des dettes et expulser des locataires c’est tout sauf glamour. J’ai toujours eu du mal avec les expulsions locatives. J’intervenais plutôt avec les bailleurs sociaux qui, quoi qu’on en dise, n’utilisent cette solution qu’en dernier recours, au bout d’un long processus. En revanche, on peut vraiment être inventif dans les process et les méthodes de recouvrement quand il ne s’agit pas simplement d’exécuter une décision de justice. Dès 2000, j’ai suivi une formation en PNL (programmation neuro-linguistique), pour avoir une approche psychologique et pas uniquement juridique. J’ai toujours favorisé la médiation, le dialogue… car devoir de l’argent n’est pas un crime. La proposition de valeur et les fondations de Gcollect ont toujours été encrées en moi. 

En parallèle, étant un très grand passionné de musique je suis dirigeant associé de la société d’agent artistique “Rush Management”. Pour ce faire, j’ai commencé par animer les premières radios libres en France à l’age de 18 ans.

Tout ça pour dire que j’ai deux métiers passions. On ne peut pas me demander si je préfère l’un ou l’autre. Pour moi, ça reviendrait à faire un choix entre son père et sa mère. D’une part la musique c’est ma vie, je ne peux pas vivre sans en écouter de toute sorte quotidiennement (préférence rock et électro). 

D’autre part, concernant Gcollect, c’est pareil ! L’aventure est partie d’une idée que j’ai transformée en concept puis en produit et qui permet d’encaisser le fruit de son travail.

Trésoria : Mais comment as-tu eu l’idée de créer la première plateforme de recouvrement amiable, indépendante et 100% digitale ?

Fabrice Develay : Gcollect est né début 2017 après une réflexion suite à la cession de mon étude. Selon moi, le recouvrement amiable n’était pas assez exploité par les entreprises. D’autant que mes clients grands comptes me le stipulaient sans cesse : le judiciaire c’est excessivement cher et très long, avec un aléa judiciaire important.. Avec ces 20 ans d’expériences, j’ai eu le temps de comprendre, de me mettre à la place de ces “oubliés” du recouvrement qui ne savent pas toujours à qui s’adresser, ni comment faire.

Trésoria : Mais pourtant il existe des milliers d’agences de recouvrement non ?

Fabrice Develay : Oui, mais ces dirigeants de “petites” entreprises imaginent que ça va leur coûter cher, que ça va être compliqué… De plus, ils ont peur de braquer leurs clients par des méthodes un peu trop musclées. Du coup, pour beaucoup, ils laissent tomber. Et un nombre non négligeable d’entreprises disparaissent à cause de ces impayés : en 2019 il y a 59 000 faillites dont le 1/4 du fait d’impayés…

Si les procédures judiciaires peuvent être pilotées par les cabinets de recouvrement de créances, l’exécution des décisions de justice reste le monopole des huissiers de justice. C’est d’ailleurs probablement la phase de la procédure judiciaire la plus compliquée.

Pourtant, à tous les stades de la procédure, les cabinets de recouvrement de créances ont un rôle à jouer. Il est en effet très courant de renouer le dialogue avec le débiteur (même après sa condamnation), pour trouver des solutions de paiement, et éviter ainsi des frais d’actes d’huissier.

C’est comme ça que m’est venu l’idée de créer une plateforme de recouvrement : d’un côté les entreprises déposent leurs factures et de l’autre côté les acteurs concernés vont venir les chercher pour s’occuper de leur recouvrement. 

Pour moi c’est simple alors pourquoi pour les chefs d’entreprises ça serait compliqué !? 

De fil en aiguille, nous avons apporté plusieurs innovations comme le système d’enchères inversées et de rotation des factures, puis l’ouverture de la plateforme aux agences de recouvrement et aux huissiers de justice. Nous travaillons actuellement sur l’amélioration constante de notre efficacité grâce à l’IA (intelligence artificielle).

Trésoria : En tant que CEO, quel est ton rôle chez Gcollect

Fabrice Develay : Je dirige et coordonne le travail des équipes.

Trésoria : Vous êtes combien pour faire tourner Gcollect ?

Fabrice Develay : Actuellement, nous sommes 10 collaborateurs !

Trésoria : Comment définirais-tu Gcollect en 3 lignes ?

Fabrice Develay : 3 mots suffisent : experts du recouvrement.

Trésoria : Mais alors concrètement, aujourd’hui, qui fait appel à Gcollect ?

Fabrice Develay : À la base, la vocation de Gcollect c’est de s’adresser à un chef d’entreprise d’une petite structure (TPE/PME) qui ne peut pas payer son URSSAF, qui se retrouve face au mur parce qu’en amont quelqu’un ne l’a pas payé.
Cette petite boîte, cet artisan, il ne sait pas à qui s’adresser. Même lorsqu’il demande à son comptable, bien souvent, on lui répond de “passer ça en perte”…

Après quelques mois d’activité nous nous sommes rendus compte que la taille de l’entreprise importait peu : Indépendant, TPE, PME et grands comptes sont aujourd’hui nos clients.

Trésoria : Mais depuis la loi PACTE les experts-comptable peuvent s’occuper directement du recouvrement non ? Cela ne représente pas un danger pour Gcollect ?

Fabrice Develay : Effectivement ils peuvent s’occuper du recouvrement des impayés mais ce n’est pas du tout dangereux pour notre activité : ils utilisent les services de Gcollect pour encaisser ce que leur doivent leurs clients

Cet outil d’aide et d’assistance dépoussière littéralement le recouvrement en faisant gagner du temps et de l’argent (que ce soit pour le client ou le prescripteur).

Trésoria : Il existe plusieurs acteurs “spécialistes du recouvrement”, quel est l’avantage concurrentiel que tu aimes mettre en avant ?

Fabrice Develay : Ce sont des avantages : 

  • Nous sommes les seuls à proposer “le recouvrement circulaire.” : Si la facture n’est pas encaissée par un premier prestataire, nous l’adressons à un second pour un troisième. Par expérience, dans la plupart des cas, même les plus difficiles, le principe de rotation de factures permet de trouver la meilleure solution.
  • Nous avons propulsé l’idée du SMART Recouvrement ; arrêtons de stigmatiser les entreprises qui ne peuvent pas payer, arrêtons de les mettre dans des fichiers qui impactent leurs établissements à vie. Honnêtement dans toute ma vie professionnelle j’ai rencontré très peu d’entrepreneurs qui ne voulaient pas payer. Mon point de vue : tous les débiteurs veulent régler leurs dettes, ne serait-ce que pour avoir la tranquillité.

Trésoria : Comment trouvez-vous vos clients ?

Fabrice Develay : Par le digital via notre site internet et les réseaux sociaux mais aussi avec notre équipe commerciale.

Trésoria : Pour toi, c’est quoi bien gérer sa trésorerie ?

Fabrice Develay : Alors avant de “bien” la gérer il faut la gérer tout court ! C’est-à-dire avoir une vision entrepreneuriale concrète, avec ses échéances en tête et … la recette pour les atteindre.

Il y a selon moi une notion à ne jamais oublier c’est le bon sens. De quoi ai-je besoin pour y arriver ? Quels sont les mécanismes à utiliser ? Quels partenaires déclencher ? Quelles démarches adopter ?

Trésoria : Mais pourquoi travailler avec Trésoria ?

Fabrice Develay : Tout d’abord parce que Trésoria c’est du solide ! Vous avez été labellisé “Finance Innovation” une année avant nous, ce qui pour moi, apporte un gage de confiance au niveau technologique. Ensuite nous partageons les valeurs de transparence et nous avons un leitmotiv commun : faciliter la vie de tous les chefs d’entreprises. Cela suffit pour faire de Trésoria bien plus qu’un apporteur d’affaires : un partenaire. Nous l’avons vu et le voyons tous les jours avec le collectif SMART Recouvrement que vous avez stipulé en introduction. 

Il faut être bienveillant les uns envers les autres. C’est encore plus vrai avec la crise que nous traversons actuellement. Trésoria et Gcollect, c’est une histoire d’amour qui ne fait que commencer.

Trésoria : Parlons un peu tarif. Les prix sont-ils fixes ? À la prestation ?

Fabrice Develay : Alors c’est très simple : le client n’a pas à chercher le meilleur prestataire pour avoir le meilleur prix : nous le faisons pour lui ! 

Derrière, nous, nous rémunérons “au succès” c’est-à-dire que l’entreprise cliente nous ne paie qu’en cas d’encaissement, il n’y a jamais d’argent à avancer.

En clair : si le chef d’entreprise dépose sa facture et qu’elle n’est pas encaissée, qu’elle “n’intéresse personne” ça ne lui coûte rien !

Trésoria : Quels sont les critères de votre algorithme pour établir l’honoraire préconisé ? Plus le recouvrement s’annonce compliqué, plus c’est cher ?

Fabrice Develay : Pas forcément. On a une quarantaine de paramètres. On tient compte par exemple du montant de la dette, de son ancienneté, du profil du débiteur c’est-à-dire si c’est un particulier ou un professionnel…

Donc il suffit pour le client d’entrer son numéro de SIREN, de valider son identité, de déclarer un IBAN ( process fiabilisé )  pour récupérer les fonds et il est inscrit. Ensuite, il enverra ses éléments numérisés (comme la facture) par la messagerie de GCollect.

Conclusion ...

Nous travaillons main dans la main avec Gcollect et nous nous sommes rendus compte que les entrepreneurs, chefs d’entreprise et startupers n’utilisaient que trop peu cet “outil” à leur disposition. 

Alors vous êtes votre propre patron ? Vous avez des problèmes d’impayé ? Vous avez des trous dans la raquette du fait de ce décalage ? Vous êtes perdu car vous ne voulez pas froisser votre client mauvais payeur ?

Chez Trésoria nous sommes clairs là-dessus : même pour des petites créances, vous ne devez pas vous laisser déborder, il faut contacter immédiatement le débiteur pour lever toute ambiguïté.

Il s’agit peut-être d’un oubli, d’un léger retard de paiement, d’une raison informatique (mauvaise saisie dans son logiciel) ou bien votre client souhaite négocier un délai de paiement ?

Si vos appels, vos mails ou votre lettre de relance pour retard de paiement reste sans réponse, il s’agit alors d’un incident de paiement ou défaut de paiement à traiter dans les plus brefs délais pour ne pas mettre en danger votre trésorerie.

Ces démarches préalables sont facultatives et ne constituent pas des preuves juridiques mais vous permettent de clarifier la situation et dans 80% des cas … d’obtenir votre paiement.

Si toutes vos tentatives demeurent infructueuses, le débiteur reste injoignable ou toutes ses explications sentent la mauvaise foi ?

N’attendez pas, n’attendez plus, utilisez la plateforme de mise en relation avec des professionnels du recouvrement (huissiers, cabinets de recouvrement…) pour du recouvrement de créances à l’amiable sans entamer de procédure judiciaire afin de préserver la relation commerciale. “Sous-traiter” la relance suffit dans 80% des cas à récupérer le montant impayé.

Toujours pas convaincu ? On récapitule alors :  GCollect est une solution clé en main 100% digitale qui vous permet de :

  • déposer les créances sur lesquelles vous avez constaté un non-paiement
  • accepter le mandat de recouvrement à l’amiable du professionnel volontaire
  • bénéficier de frais de recouvrement en-dessous de ceux du marché
  • suivre le recouvrement de vos factures impayées

Et tout ça en ne payant qu’à la réception du paiement par son client .. Que dire plus ? 

👉 Le site internet de Gcollect : ici  

👉 Le LinkedIn de Fabrice : ici 

👉 Le site du collectif SMART RECOUVREMENT : ici

Démystification 🧙

Bon, maintenant, que diriez-vous de vous relâcher un peu ? Pour clôturer l’interview, nous avons posé quelques questions, plus intimes, à Fabrice pour en connaître un peu plus sur lui et le fond de sa motivation d’entrepreneur. Rassurez-vous : aucun débat “pain au chocolat ou chocolatine” ici !

Retranscription de l’interview : 

Fabrice, nous avons fait plus ample connaissance ci-dessus, mais cette fois nous voulons en savoir un peu plus sur toi. Par simple indiscrétion.

Trésoria : Chez Trésoria on aime bien simplifier les choses donc commençons de suite … Si je dis “Paris ou la province”, qu’est-ce que tu choisis ?

Fabrice : J’ai habité en province, puis je suis monté sur Paris. Avec du recul si j’avais à choisir ça serait la province, même si j’apprécie l’anonymat que je peux préserver plus facilement sur Paris étant une grande ville. Pour la petite anecdote, je vous appelle en ce moment même de l’autre côté des Pyrénées … Sur une île …

Trésoria : Tu as bien cerné le principe ! Maintenant parlons un peu de tes habitudes digitales. Qui suis-tu sur Instagram et sur LinkedIn ?

Fabrice :  Je m’intéresse à tous les profils . En premier lieu quand je pense influence je pense au sociologue Edgar Morin. Pour répondre à la question j’aime suivre les vrais entrepreneurs de ce monde. Je pense à Jeff Bezos et Xavier Niel, le touche à tout qui reste pour autant incroyablement simple.

J’aime bien la photo donc je suis aussi sur instagram mais, à l’inverse de LinkedIn, c’est surtout pour les copains puisque mon compte est privé. 

Trésoria : Bon puisque tout le monde se le demande… Qu’est-ce que tu dis quand tu te cognes un orteil ?

Fabrice : Mais pourquoi ce meuble est là ?! 🤬😂

Trésoria : Tu dirais que tu es plutôt lève-tôt ou couche-tard ?

Fabrice : Tout dépend du jour de la semaine et de la saison … 😊

Trésoria : Si je te dis “passé ou futur”, qu’est-ce que tu réponds ?

Fabrice : Présent !

Trésoria : Et si je te dis “action ou réaction”, qu’est-ce que tu choisis ?

Fabrice :  Action ! Sans hésitation 😁 

Trésoria : Selon toi, quel est la compétence indispensable à tout entrepreneur ? 

Fabrice : l’écoute active est indispensable à tout bon porteur de projet. Loin de moi l’idée d’être un exemple, mais une des formations qui m’a changé littéralement la vie c’est lorsque j’ai découvert la PNL (programmation neuro linguistique). Arriver à comprendre l’autre dans son mode de pensée, pour faire en sorte de s’adapter à sa vision pour éviter les incompréhensions et les non-dits c’est une super-compétence. 

Trésoria : Une question nous titille, pour qui as-tu travaillé dans l’univers musical, as tu des préférences en termes de goûts ? 

Sans hésitation Bob Marley et les Clash. J’ai aussi eu la chance de travailler pour les plus grands : les Rolling stones, David Bowie, The Police, Genesis, Muse, Johnny et j’en passe.

Mon coup de cœur artistique de ce début d’année 2020 c’est “Haus of Gaga”, le collectif d’artistes et de créateurs qui entourent Lady Gaga inspiré de la Factory d’Andy Warhol. Elle donne du sens à son métier peu banal d’artiste et en mettant ses compétences au service des autres, chapeau !

Trésoria : Allez, je te laisse le mot de la fin. Tu me dirais plutôt “au revoir” ou “ciao” ?

Fabrice : Arrivederci ! Ma femme est italienne 😇

Interview, rédaction, édition : Valentin Amelineau

Partagez cet article :

Suivez-nous sur les réseaux :

21 Cours de Verdun
33 000 Bordeaux
05 31 60 51 61
info@tresoria.fr

Trésoria recrute

On recherche
de nouveaux talents

Accrédité par l’ORIAS comme courtier en opérations de banque et en services de paiement sous le n°18003747
Responsabilité professionnelle n° BERCP100199-1

Devenir partenaire Trésoria