On vous rabâche sans arrêt qu’il est important de bien gérer votre trésorerie, mais entre optimiser votre rentabilité, gérer vos impayés et faire le tri dans vos factures fournisseurs, il peut être assez compliqué de vous concentrer sur la croissance de votre entreprise !

LIBEO ? Ce nom vous dit quelquechose ?

Vous êtes à la tête d’une entreprise, vous avez toujours les mains dans le cambouis… et la tête dans la paperasse. En plus d’être expert de votre cœur de métier vous êtes le responsable administratif, financier, le recruteur, le gestionnaire, bref, vous êtes sur tous les fronts.

On vous rabâche sans arrêt qu’il est important de bien gérer votre trésorerie, mais entre optimiser votre rentabilité, gérer vos impayés et faire le tri dans vos factures fournisseurs, il peut être assez compliqué de vous concentrer sur la croissance de votre entreprise !

Ainsi, dans la continuité de nos articles sur les outils à disposition des entrepreneurs, nous devions absolument vous parler de Libeo. Ce nom vous dit quelque chose ? Si ce n’est pas le cas, préparez-vous à rencontrer votre nouveau meilleur ami.

Libeo, c’est une application qui vous permet de digitaliser et centraliser toutes vos factures fournisseurs au même endroit. Plus de risque de perdre vos papiers ou de vous mélanger les pinceaux : vous pouvez rapidement voir celles qui ont été réglées, quel fournisseur est en attente de paiement, et payer vos factures en un clic ! Vous pouvez tout automatiser et garder une vision claire de votre trésorerie afin de vous concentrer sur l’essentiel : le développement de votre activité.

Un gain de temps et donc d’argent. L’objectif de Libeo ? Littéralement vous simplifier la vie.

Home page du site : https://libeo.io/ (le 13/05/2020)

Intrigué ? 🤔 Nous aussi !

Que ce cache derrière cette fintech dont la succes story ne fais que “commencer“ : six mois après son premier tour de table, la startup a succombé à la proposition du fonds britannique LocalGlobe d’entrer à son capital avec un investissement de 4 millions d’euros (les investisseurs historiques de l’entreprise, Breega et des business angels, ont également participé à l’opération).

Fidèles à nous-même nous avons posé quelques questions à Jeremy Attuil, l’une des têtes pensantes à l’origine de Libeo.

Le site internet de Libeo : https://libeo.io/

Le LinkedIn de Jeremy : https://www.linkedin.com/in/jeremy-attuil-1848812/

Questions / Réponses 👀

Jeremy a 36 ans et est l’un des trois mousquetaires-fondateurs de Libeo au côté de Pierre-Antoine Glandier (CTO/CPO) et Pierre Dutaret (CEO). Son rôle dans l’entreprise ? Accompagner les clients, dès leur intérêt pour la solution (en proposant démo, webinar pour répondre à toutes leurs questions), puis pendant la prise en main de l’outil et les premiers pas sur la solution (onboarding) – et plus loin encore s’ils ont été convaincus par l’outil (ce qui est souvent le cas 😉), en répondant à leurs questions et prenant en compte leurs avis pour le transmettre à l’équipe produit et améliorer en continu la solution.

Issu d’une formation de juriste, Jeremy a travaillé dans plusieurs cabinets d’avocats avant de se lancer à temps plein dans l’entreprenariat, un univers qui l’a toujours intrigué. Il a d’abord lancé une galerie de street art en ligne (streetartnews – site | Instagram), puis s’est orienté… vers la restauration ! Bars, restaurants, food trucks, coffee shops : pendant six ans, lui et deux associés ont construit nombre de business physiques portés sur le “fast good”.

Dans le même temps, de plus en plus de softwares voyaient le jour pour aider les TPE-PME en croissance à se développer … Et un petit nouveau allait bientôt voir le jour…

Trésoria : Peux-tu nous expliquer comment et pourquoi est né Libeo ?

Jeremy Attuil : J’ai rencontré Pierre (Dutaret), un des co-fondateurs de Libeo, à l’époque où je travaillais encore dans la restauration. Il avait lui aussi développé un groupe de restauration et on échangeait beaucoup sur les problématiques administratives qu’on rencontrait. On se conseillait notamment sur les outils qu’on utilisait, ceux qu’on n’utilisait pas et pourquoi. C’est en discutant qu’est apparue l’idée de Libeo : on avait un super outil pour gérer la paye des employés, d’autres pour gérer nos plannings, mais il nous en manquait un pour la gestion et le paiement des factures fournisseurs. On perdait énormément de temps à payer ces factures avec des interfaces bancaires complexes, sur lesquelles il fallait sans arrêt rentrer ses codes et des données déjà saisies par ailleurs…

C’était extrêmement chronophage, surtout comparé à une solution comme Lydia qui permet aux particuliers de payer en quelques secondes. En tant que professionnels nous avons plus de paiements à faire, plus de deadlines à respecter, et nous n’avons pas forcément le temps de retaper ces informations à chaque fois.

Nous en avons parlé avec Pierre-Antoine Glandier, le 3ème co-fondateur, expert tech et en paiement. Lui-même, après son expérience chez BlaBlaCar, a lancé son entreprise et partageait ce constat.

Arrivés en 2019 nous ne trouvions toujours pas de solutions correspondant à ce besoin, en tout cas pas en France. Alors nous nous sommes dit que nous allions la créer nous-même : cela permettrait aux TPE et PME d’avoir accès à un outil simple, de gérer leurs factures fournisseurs de leur émission jusqu’à leur paiement, mais aussi de leur redonner du contrôle sur leur trésorerie.

Trésoria : Selon toi, ça veux dire quoi “bien gérer sa trésorerie” ?

Jeremy Attuil : Bien gérer sa trésorerie, c’est avant-tout anticiper et savoir gérer ses ressources – à la fois, celles qu’il y a déjà sur le compte bancaire, mais aussi celles qu’il va y avoir dans les prochains mois. Toutes ces entrées d’argent, il faut savoir les protéger ; il faut donc prendre des décisions et mettre en place des plans d’action adaptés. En ayant un oeil sur sa trésorerie, un chef d’entreprise sait donc s’il aura suffisamment d’argent pour financer ses prochaines dépenses, ou s’il devra trouver des solutions de financement.

Le problème d’aujourd’hui c’est qu’en l’absence d’outils adaptés, un chef d’entreprise ne va souvent gérer son entreprise qu’à partir de ce qu’il voit sur son compte bancaire ou sur excel, avec encore beaucoup de saisies et sans collaboration en équipe.

Mais en faisant ça, il ne prend pas en compte les factures qu’il a déjà émises et qui ne sont pas encore payées, les paiements récurrents qu’il va avoir mais qu’il n’a pas encore réglés… Les valeurs sur le compte bancaire ne suffisent pas car elles ne prennent pas en compte le futur. Or, pour piloter intelligemment son entreprise il faut certes garder un oeil sur le présent, mais aussi être en mesure d’anticiper ses dépenses jusqu’à six mois à l’avance.

C’est ici que naissent les deux propositions de valeur de Libeo :

  • La première est de fluidifier la gestion de factures : avec un outil simple d’utilisation, un chef d’entreprise peut mieux intégrer et s’occuper de ses factures – celles qui sont payées, celles qui sont en cours de paiement… De cette manière il peut déjà se projeter à un ou deux mois plus tard.
  • Libeo lui permet ensuite de suivre sa trésorerie et ses budgets : il est ainsi en mesure d’intégrer ses futures dépenses, de visualiser ses futures entrées d’argent, et de prévoir l’évolution de sa trésorerie grâce à un tableau de bord simplifié.

Trésoria : Êtes-vous en contact avec les experts-comptables de vos clients ? Tirent-ils un bilan positif de leur utilisation de Libeo ?

Jérémy Attuil : Absolument ! Comme je l’expliquais tout à l’heure, ce projet est né d’expériences professionnelles et du contact qu’on avait avec certains experts-comptables. Un de nos objectifs est justement de faciliter la communication live avec l’expert-comptable, et ce grâce à un outil qui permet de ne plus perdre ses factures et de les intégrer plus facilement.

Libeo est une plateforme de collaboration sur laquelle l’expert-comptable peut à la fois suivre les opérations de son client, échanger facilement avec lui, mais aussi récupérer les pièces qui lui sont nécessaires sans avoir à se déplacer ou à les envoyer par courrier. Il peut ainsi consulter les factures de son client, et même les payer lui-même (ce qui n’était pas possible avant la loi PACTE qui donne cette faculté aux experts-comptables), suivant la façon dont ils préfèrent collaborer.

Trésoria : Donc l’expert comptable est lui-même en mesure de payer les factures de son client et de l’aider à gérer la trésorerie ?

Jeremy Attuil : Tout dépend de la taille de la boîte, mais certains dirigeants font confiance à leurs experts-comptables pour gérer leur trésorerie, notamment s’ils pensent manquer d’expertise ou de ressources internes. Un chef d’entreprise qui utilise Libeo peut alors affecter des droits à son expert-comptable et gérer facilement toutes les options – par exemple en limitant le droit de payer jusqu’à un certain montant, en ne lui donnant le droit de ne payer que sur certaines factures, en validant l’opération manuellement pour garder le dernier mot… A nouveau, tout dépend de la manière dont le chef d’entreprise préfère travailler avec son expert comptable.

Trésoria : Peux-tu nous expliquer (en détail) comment se passe le traitement d’une facture avec Libeo ?

Jeremy Attuil : Oui, c’est simple : 

  • Avec une facture papier, il suffit de la prendre en photo avec l’application et elle arrivera directement sur le compte Libeo du chef d’entreprise. 
  • Si c’est une facture électronique reçue par mail, il faudra sortir la pièce jointe et la transférer à l’adresse spécifiquement créée pour l’utilisateur au moment de l’ouverture du compte. 
  • Si la ou les factures sont sur un dossier sur l’ordinateur, il faut simplement les glisser-déposer à n’importe quel endroit sur la plateforme et elles seront directement intégrées.

Une fois la facture intégrée, Libeo reconnaîtra immédiatement les champs principaux : le nom du fournisseur, le montant total, le montant hors taxes, la date d’émission… Le chef d’entreprise verra alors que toutes ses factures auront été pré-contrôlées, et il n’aura plus qu’à valider tous ses imports manuellement. 

Une fois cette étape passée, les factures sont rassemblées sur une seconde page, qui prend la forme d’un tableau. Il pourra ainsi les trier comme il le souhaite en fonction de plusieurs critères : par date, par fournisseur, par statut (suivant si elle est validée,  payée ou non), etc.

Trésoria : Ok. Mais … ça s’arrête la ?

Jeremy Attuil : Non ! Libeo est aussi un outil de paiement : le chef d’entreprise peut ainsi décider en un clic de payer une facture, soit à la date d’échéance indiquée dessus, soit à une date qu’il aura choisi au préalable. Une fois cette action réalisée, au jour du paiement, Libeo va automatiquement initier un virement vers le bénéficiaire (le fournisseur) à partir du compte de l’utilisateur,. Si l’utilisateur de Libeo ne dispose pas de l’IBAN de son fournisseur, il peut utiliser la technologie sécurisée IbanLess et payer simplement avec l’email de son fournisseur. Ainsi, non seulement il n’y aura plus besoin de saisir l’IBAN à chaque nouveau paiement, mais tous les collaborateurs Libeo de l’entreprise vont pouvoir bénéficier de cette information pour une future opération.

Une fois payée, la facture change automatiquement de statut sur l’application et devient consultable sur le dashboard, au côté des factures déjà réglées, celles en cours de paiement et celles à payer dans le futur. Le chef d’entreprise peut naturellement suivre ces statuts, mais également le statut de validation, puisqu’avant de les régler, les factures peuvent être transmises à un collaborateur : responsable de magasin, DAF, comptable interne, expert-comptable, etc.

"

Selon nous, en 2020, utiliser un outil de gestion des factures (comme LIBEO) est essentiel pour tous chefs d’entreprise. De notre point de vue de solution de financement, LIBEO fait bien plus que ça : il améliore votre comportement de paiement. En simplifiant le processus et en centralisant vos factures vous payez plus rapidement vos fournisseurs. Cela joue sur la notation de votre entreprise et donc sur l’accès au financement.

Tiffany Tinperman co-fondatrice de la fintech Trésoria

Tiffany

CEO et co-fondatrice de Trésoria

"

Selon nous, en 2020, utiliser un outil de gestion des factures (comme LIBEO) est essentiel pour tous chefs d’entreprise. De notre point de vue de solution de financement, LIBEO fait bien plus que ça : il améliore votre comportement de paiement. En simplifiant le processus et en centralisant vos factures, vous payez plus rapidement vos fournisseurs. Cela joue sur la notation de votre entreprise et donc sur l’accès au financement.

Tiffany Tinperman co-fondatrice de la fintech Trésoria

Tiffany

CEO et co-fondatrice de Trésoria

Trésoria : Depuis les débuts de Libeo, quelles entreprises utilisent votre outil ? Plutôt des TPE, des PME, des indépendants ?

Jeremy Attuil : Nous avons commencé à commercialiser Libeo en novembre dernier, et nous avons aujourd’hui un peu plus de 7000 entreprises dans le réseau Libeo. La plupart sont des grosses TPE ou bien des petites à moyennes PME, qui vont de 2-3 à 50 employés. Mais nous avons aussi des entreprises plus grosses (100-150 employés), pour lesquelles nous développons de plus en plus de fonctionnalités spécifiques.

Nos utilisateurs représentent souvent des entreprises en croissance, qui cherchent à s’équiper en terme d’outils pour faciliter la gestion de leur trésorerie afin de justement pouvoir se concentrer sur leur développement. Les secteurs sont quant à eux plutôt diversifiés, mais on voit des tendances avec les sociétés de services et agences, et l’hôtellerie, la restauration, le retail – toutes ces boîtes touchent à l’achat et à la revente, et génèrent donc des factures fournisseurs.

Nous touchons également les start-up scale-up, qui vont chercher cette vision sur leur trésorerie : ils ont l’habitude d’utiliser ce genre d’outils et ne veulent plus gérer de papiers, ils veulent un process simple et efficace.

On voit dans ces deux types de clientèle qu’il y a à la fois des jeunes d’environ 30-35 ans qui sont tech-friendly et cherchent des solutions de transformation pour leur business ; mais aussi des secteurs plus traditionnels, des gens d’une cinquantaine d’année qui se rendent compte que la gestion papier n’est pas la plus évidente, et qui veulent pour leurs 10-15 dernières années d’activité utiliser les nouvelles solutions qui leur sont proposées. Il y a quelques années ce type de client aurait été plutôt réfractaire ; mais aujourd’hui il y a un changement de mentalité, et ces personnes cherchent des solutions qui vont leur faciliter la vie.

Trésoria : Si demain un entrepreneur détecte un problème de trésorerie, où lui conseillerais-tu d’aller chercher conseil ? Sur Internet, en allant voir directement son banquier, son expert-comptable ?

Jeremy Attuil : Il y a de plus en plus d’informations pertinentes sur Internet, qu’il s’agisse d’articles ou de solutions actionnables, et je pense qu’il faut en premier lieu faire un bon travail de recherche. Cependant l’appui d’un expert-comptable est aussi nécessaire pour mettre en place ces nouvelles solutions. Pour moi il y a une première étape de compréhension de ces solutions par soi-même, puis ensuite une discussion avec l’expert comptable pour déterminer si elles sont bien pertinentes et si oui, comment les mettre en place. Il est toujours intéressant de parler de ces problématiques avec d’autres entrepreneurs pour avoir un retour d’expérience, mais il serait dommage de se priver d’en discuter avec une personne dont c’est le métier.

Trésoria : Parlons un peu tarif. Est-ce que les coûts diffèrent entre un client chef d’entreprise et un client expert-comptable, par exemple ?

Jérémy Attuil : Libeo a pour objectif de servir le plus grand nombre d’entreprises. Nous voulons à la fois être très utile et donc répondre efficacement à un besoin spécifique avec des fonctionnalités à la pointe mais également être grand public. Cela peut paraître pompeux, mais j’aime croire que nous sommes une solution d’utilité publique.

C’est pourquoi nous avons mis en place un abonnement gratuit qui permet à toutes les entreprises d’utiliser Libeo et d’effectuer des paiements. Ensuite, selon le niveau de croissance de l’entreprise et le degrés de complexité de sa fonction financière, des abonnements à partir de 25 euros par mois, permettent d’ajouter des fonctionnalités.

Le même tarif est proposé aux utilisateurs finaux et aux experts-comptables mais nous construisons de plus en plus de partenariats avec des cabinets d’expertise comptable qui souhaitent le proposer à leurs clients. Dans ce cas, nous mettons en place des solutions tarifaires adaptées au volume.

Conclusion

Entrer les données, faire valider les factures, les déplacer dans la colonne « payé », effectuer les mises à jour dans la comptabilité manuellement puis envoyer les justificatifs à son expert-comptable… La gestion des paiements des factures fournisseurs est souvent un enfer et une phobie pour de nombreux entrepreneurs, chefs d’entreprise et managers.

Heureusement, LIBEO vous libèrent de ces tâches primordiales mais tellement chronophages ! Plus besoin d’entrer les données à la main dans un austère fichier Excel. Les trois associés ont développé une plateforme de gestion des paiements entre entreprises. Les factures sont importées dans l’application puis validées par le ou les membres de l’entreprise autorisé à le faire. Cerise sur le gâteau : l’expert-comptable de l’entreprise à accès aux informations grâce au partage de données.

Le tableau de bord général offre une vision en temps réel de la trésorerie de l’entreprise, des encours, des paiements non réalisés ou des dernières factures à payer. Libeo simplifie et fluidifie le pilotage administratif et financier de l’entreprise en s’adressant à la fois aux dirigeants de PME, aux startups, aux DAF aux entrepreneurs mais aussi aux experts-comptables.

Démystification 🧙

Bon ben voilà … Vous savez ce que c’est que ce fameux Libeo ! Mais surtout, vous avez compris l’intérêt d’utiliser une solution de gestion des factures. C’est vraiment pas sorcier à mettre en place et ça vous garanti un gain de temps et d’argent. Plus largement, c’est aussi une des étapes nécessaire à la digitalisation de votre boîte.

Mais maintenant, que diriez-vous de se relâcher un peu ? Pour clôturer l’interview, nous avons posé quelques questions, plus intimes, à Jeremy pour en connaître un peu plus sur lui et le fond de sa motivation entrepreneuriale. Rassurez-vous : aucun débat “pain au chocolat ou chocolatine” ici !

Alors ? Quelle sont les (mauvaises) habitudes d’un avocat devenu restaurateur puis cofondateur et COO d’une start-up ...

Trésoria : Si je dis (basiquement) “Paris ou la province”, qu’est-ce que tu choisis ?

Jeremy : C’est une question piège ! (Rires.) Dans ce cas, vu que je suis de Paris… Je dirais juste : la France.

Trésoria : Tu as bien cerné le principe ! Maintenant parlons un peu de tes habitudes digitales. Qui suis-tu sur Instagram et sur LinkedIn ?

Jeremy : Sur Instagram je suis mes amis, des entrepreneurs qui m’inspirent, et des comptes en lien avec mes passions : le sport, le street-art… C’est un peu la même chose sur LinkedIn, sans le côté hobby : je suis mon réseau professionnel bien sûr, mais également des entrepreneurs qui m’inspirent comme sur Insta.

Trésoria : Fais-tu une distinction entre ta vie perso et ta vie pro, tout du moins, sur les réseaux ?

Jeremy : En soi je suis des personnes qui m’intéressent d’un point de vue professionnel autant sur Instagram que sur LinkedIn ; en revanche pour communiquer je diffuse très peu d’informations sur Instagram, encore moins du professionnel. Quand je veux communiquer autour de Libeo, sur notre mission, notre vision, nos projets, nos actualités… c’est toujours sur LinkedIn.

Trésoria : Bon puisque tout le monde se le demande… Qu’est-ce que tu dis quand tu te cognes un orteil ?

Jeremy : “Oh pétard !”

Trésoria : Tu dirais que tu es plutôt lève-tôt ou couche-tard ?

Jeremy : Couche-tard. Je pense que c’est juste ma nature : je suis plus efficace le soir.

Trésoria : Si je te dis “passé ou futur”, qu’est-ce que tu réponds ?

Jeremy : Futur. Je suis quelqu’un d’un naturel très optimiste et à mes yeux il y a énormément de choses à construire, et c’est sur ça que je veux me concentrer. Néanmoins, pour tempérer un peu, j’aime également tout ce qui est “classique”, ce qui a déjà été construit, et je ne veux pas nécessairement faire table rase de tout ce qui a déjà été bien fait. 

Trésoria : Et si je te dis “action ou réaction”, qu’est-ce que tu choisis ?

Jeremy : Action, mais je pense qu’il faut peut-être un peu des deux au quotidien. Certaines personnes sont plus dans la réaction que dans l’action et vice-versa, tout dépend des tempéraments. La réaction est nécessaire si on n’est pas juste le fruit de la passivité. S’il n’y a que l’action, il y a un risque de ne pas prendre en compte le fait que l’on puisse se tromper, et il faut aussi savoir réagir extrêmement vite pour toujours réagir aux nouveaux enjeux, à la demande et aux comportements des clients. Pour moi c’est une bonne balance à avoir, surtout au sein d’une équipe.

Trésoria : Allez, je te laisse le mot de la fin. Tu me dirais plutôt “au revoir” ou “ciao” ?

Jeremy : Je te dirais “à bientôt” !

Interview : Valentin Amelineau
Rédaction : Rachel Blot, Valentin Amelineau

Partagez cet article :

Suivez-nous sur les réseaux :

21 Cours de Verdun
33 000 Bordeaux
info@tresoria.fr

Trésoria recrute

On recherche
de nouveaux talents

Accrédité par l’ORIAS comme courtier en opérations de banque et en services de paiement sous le n°18003747
Responsabilité professionnelle n° BERCP100199-1